Orientations de la Fondation

, par fdht

Les orientations principales de la Fondation des droits de l’Homme au travail

La Fondation aide les acteurs et soutient les actions de défense des Droits de l’Homme en situation de travail dans tous les pays. Elle s’est fixé pour les prochaines années deux principes d’intervention.


1 – Renforcer la capacité des « parties prenantes » à gérer les évolutions économiques et sociales

La Fondation des droits de l’Homme au travail contribue à faciliter la mise en œuvre de formations et de recherches - actions qui permettent la construction de savoir-faire capitalisables et transférables dans les domaines sociaux comme professionnels.

Cela concerne tant les modes de gestion des organisations des entreprises des pays développés que ceux des pays en émergence, souvent fournisseurs ou sous-traitantes. Cela concerne aussi le renforcement des des compétences des partenaires sociaux et des ONG – organisations non gouvernementales de tous les pays du monde.

Elle contribue aussi à soutenir la qualification des parties prenantes :
• Les parties prenantes traditionnelles (les représentants syndicaux et les élus du personnel pour les conditions d’un dialogue social renouvelé par les démarches de responsabilité sociale des entreprises et par les nouvelles méthodes de gestion de la participation des salariés à la coopération professionnelle des personnels)
• les parties prenantes nouvelles dans le champ de la gestion des entreprises (ONG défendant des causes diverses, collectivités locales, auditeurs-évaluateurs, notamment).


2 – Favoriser les échanges internationaux des parties prenantes

La Fondation des droits de l’Homme au travail favorise les rencontres entre des personnes et des organisations de cultures différentes : partenaires sociaux et ONG du Nord, syndicalistes du Nord et du Sud, patrons du Sud et syndicalistes du Nord, États du Sud et partenaires sociaux du Nord, opérateurs du contrôle dans différentes configurations sociales et économiques, etc.

La Fondation est convaincue que ces échanges enrichissent la compréhension et les capacités d’expertise de tous les acteurs et se révèlent être des sources de progrès.
Cette activité de soutien à un dialogue social renouvelé complète la formation des acteurs grâce à une confrontation aux réalités de la mise en œuvre des politiques de responsabilité sociale, et non de l’affichage marketing conjoncturel !

La Fondation soutient les démarches de co-formation de ces acteurs entre eux au niveau international.